• Bienvenue sur BREST2008.fr
Actualités, Vivre à Brest

Brest 2016. L’Hermione à Brest, plus qu’un navire, un symbole

La réplique de la frégate de La Fayette est de retour pour Brest 2016 moins d’un an après une première visite. Ce navire est un livre d’Histoire à lui tout seul.

Il n’y a pas de mouillage plus symbolique pour un navire aussi emblématique… Pendant les fêtes maritimes de Brest 2016, l’Hermione sera amarrée au pied du Château, dans la rivière Penfeld.

C’est à ce même endroit que le marquis de La Fayette, revenant d’Amérique, avait posé le pied en France en 1779. De là, il devait gagner Versailles et convaincre Louis XVI d’apporter son aide aux Insurgents américains dans leur guerre d’Indépendance contre l’Angleterre. Quelques mois plus tard, depuis Rochefort, La Fayette traversait de nouveau l’Atlantique, à bord de l’Hermione, un navire de guerre construit un peu plus tôt, et dont le commandement était confié à Latouche-Tréville.

L’Hermione actuelle est une réplique, aussi fidèle que possible, de la frégate du 18e siècle. L’aventure a démarré en 1997, grâce à la volonté d’une poignée de passionnés. Aujourd’hui, le résultat est là, avec un navire de plus de 65 m de long portant trois mâts et 2 200 m2 de voilure. La coque est entièrement réalisée en chêne. Le navire a connu son baptême du feu l’an dernier, lors d’une traversée de l’Atlantique qui s’était achevée par une escale d’une semaine à Brest, en plein mois d’août.

Brest sur le pont…

S’il faut chercher la star de Brest 2016, si cela a un sens, c’est bien l’Hermione. Partout où elle passe, la frégate de La Fayette rencontre un prodigieux succès populaire. Les Américains, pour qui elle représente le lien qui les unit à jamais aux Français, lui ont réservé un accueil de folie durant l’été 2015. Son escale à Brest en août dernier, a été un véritable tabac. Durant les prochaines fêtes, le pont principal et une partie du pont batterie de l’Hermione seront ouverts au public.

Même si l’originale n’a pas été construite à Brest, mais à Rochefort comme la réplique, impossible de ne pas voir aussi dans l’histoire de l’Hermione un témoignage sur celle de Brest. Quand le port breton était l’un des deux plus importants au monde, avec celui de Londres. Au 18e siècle l’arsenal tourne à plein et emploie 12 000 personnes dans une ville qui compte 20 000 habitants.

Surtout, Brest offre à l’époque toutes les compétences techniques, logistiques et scientifiques pour faire de la France la première puissance maritime mondiale. Cela ne dure pas très longtemps, mais du temps de Louis XVI, c’est le cas. L’un des bâtiments les plus redoutés à l’époque est le fameux « 74 canons » de l’ingénieur Sané, conçu et construit à Brest… C’est d’ailleurs ici qu’est construite une grande partie de la flotte qui se rendra ensuite en Amérique pour aider Georges Washington et ses amis à conquérir leur indépendance.

Le port de la Liberté

Cet épisode est relaté par une grande exposition visible au musée de la Marine (1) durant les fêtes. Baptisée Brest port de la Liberté, au temps de l’Indépendance américaine, elle retrace l’engagement de la France de Louis XVI dans la guerre opposant les colonies d’Amérique du Nord à la Grande-Bretagne de 1775 à 1783 et met en lumière le rôle stratégique joué alors par le port de Brest. Port dans lequel l’Hermione avait fait escale avant d’être envoyée aux Amériques. Eh oui, le monde est petit…(1) Durant Brest 2016, l’accès au musée de la Marine est gratuit sur présentation d’une entrée aux fêtes maritimes.

Article précèdentArticle suivant
Romain
Je suis Romain, rédacteur sur Brest2008.fr. Grand passionné de Politique, et militant à mes heures perdues, je participe à la vie du site concernant les informations politiques de notre chère région.