• Bienvenue sur BREST2008.fr
Actualités, Vivre à Brest

Pas de « propagande » en breton à la Poste

La Fédération C’hoariva, soutenue par le conseil régional, aide les interventions de comédiens et metteurs en scène professionnels en milieu scolaire. Pas de quoi casser trois pattes à un canard.

Mais, voilà que la Poste a cherché des poux dans la lettre que la coordinatrice de C’hoariva adressait aux enseignants en breton. L’envoi groupé d’un courrier de présentation de Skol C’hoariva, accompagné d’une lettre bilingue français-breton, a réveillé le zèle postal.

« Mardi 28 juin, à la poste de Douarnenez, je transmets une enveloppe ouverte avec, à l’intérieur, un courrier bilingue type et trois plaquettes, en toute transparence. Mon interlocuteur me demande s’il peut garder ce courrier type. Je le lui laisse volontiers. Je fais un chèque, on me donne une facture », nous écrit la coordinatrice.

Mais jeudi 30 juin, il y a un problème : le centre de traitement de l’envoi en nombre de Quimper demande une traduction de la plaquette qui est… monolingue breton ! « Je m’étonne auprès de la Poste. Le courrier qui accompagne les plaquettes en décrit le contenu. Je lui signale la présence du logo du conseil régional. Je fais part de mon incompréhension. Le Monsieur finit par me dire que ce pourrait être de la « propagande ». Propagande ? Et comment font-ils les partis des extrêmes pour envoyer leurs courriers aux adhérents ? La « propagande » passe-t-elle mieux quand elle est en français ? » demande cette femme.

Où va donc se nicher la discrimination négative ! Le mot propagande, bien prononcé à la teutonne bien zûr, nous ramène à la… Collaboration. Les résistants n’ont-ils jamais parlé breton ?

Article précèdentArticle suivant
Hélène
Rédactrice concernant toutes les informations de la ville de Brest. Présente depuis 6 ans au conseil d'administration de la ville. Missionnée pour moderniser les infrastructures de la ville. Mère de 2 adorables jumeaux.