• Bienvenue sur BREST2008.fr
Actualités

Charlie Hebdo : Bernard Cazeneuve donne une réponse à la femme du policier abattu le 7 janvier

La femme de Franck Brinsolaro, le garde du corps de Charb abattu le 7 janvier, a déclaré lundi avoir porté plainte contre X pour des «manquements» dans le système de sécurité qui visait le dessinateur. Une décision que le ministre de l’Intérieur respecte.

La sécurité devant le siège de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, avant l’attentat du 7 janvier 2015, avait été ajusté à la situation terroriste de l’époque, a indiqué mardi le ministre de l’Intérieur sur RTL. «Il y avait une protection avec des gardes statiques» de policiers suite aux menaces terroristes adressée au journal depuis de nombreuses années, a-t-il poursuivi. Ensuite, après de nombreuses menaces formulées contre des militaires ou policiers, «nous avions pris la décision, pour des raisons de sécurité», d’y «substituer des gardes dynamiques», c’est-à-dire plus mobiles, a indiqué Bernard Cazeneuve.

«Il y avait des policiers» qui assuraient «la protection des journalistes», a-t-il aussi indiqué pour répondre à des critiques fraîches sur d’incertaines failles dans la sécurité de Charlie Hebdo avant les attentats et après une plainte à ce sujet. Ingrid Brinsolaro, la veuve du policier Franck Brinsolaro qui avait en charge la protection permanente du dessinateur Charb, directeur du journal, a porté plainte contre X, lundi, en accusant des «manquements» dans le système de sécurité. Le policier protégeait le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Stéphane Charbonnier. Me Philippe Stepniewski, l’avocat d’Ingrid Brinsolaro, juge que Charb faisait l’objet d’un dispositif de protection trop léger vu les risques, surtout après des menaces énoncées contre lui par l’organisation al-Qaida.

Dix-huit filières de recrutement de djihadistes tombées

Elle «a décidé de porter plainte», a indiqué Bernard Cazeneuve, «elle a exprimé son chagrin, son désarroi», il faut «le respecter» et que «les questions qu’elle pose fassent l’objet de réponses». «Je l’ai reçue, la recevrai aussi souvent que cela sera nécessaire», a-t-il certifié. «Si une enquête parlementaire» devait être entamée sur ces questions «elle permettra d’aller plus loin encore», a souligné le ministre en parlant de la demande du député Les Républicains Bruno Le Maire. «Il faut que la vérité l’emporte toujours sur toute autre considération», a souligné le ministre.

Article précèdentArticle suivant
Pierrot
Pierrot, jeune "vieux" de 43 ans. Fondateur du Magazine Brest2008, fondé en... 2008 ! Une aventure humaine qui me passionne depuis 8 ans maintenant. Notre équipe de passionnés est là pour vous informer.