• Bienvenue sur BREST2008.fr
Actualités, Politique

Brexit : le Royaume-Uni n’est pas pressé d’acter la sortie de l’UE

4469019lpw-4472531-article-david-cameron-jpg_3633219

Suite aux pressions faites par l’UE sur le Royaume-Uni afin qu’il matérialise sa sortie, le ministre anglais des Finances averti que le Royaume-Uni n’appliquera l’article 50 pour sortir de l’UE au bon moment.

Les réponses du tremblement du Brexit sont encore plus fortes ce lundi 27 juin. L’argentier britannique ne veut pas hater les choses pour lancer la procédure visant à sortir de l’UE.
Sauf qu’actuellement, les bourses sont dans le trouble et la France et l’Allemagne essaie de calmer le jeu.

D’après George Osborne l’économie du Royaume-Uni peut faire face aux troubles occasionnés par les résultats du référendum portant sur le Brexit. Grand défenseur du maintien dans l’UE, ce dernier indique que le Royaume-Uni aura une vision plus distincte des nouvelles ententes recherchées avec les autres pays européens ».

D’autre part, les bourses sont toujours dans la pression. Après avoir considérablement baissé, celle-ci réagissent aux retombés de la décision prise par les supporters de sortir de l’UE. Actuellement, la livre est passée en dessous de 1,34 dollar.

Le ministre des finances français, Michel Sapin indique que le climat d’entente entre la France et l’Allemagne sont au beau fixe. Cependant, les deux pays ne voient pas les choses de la même façon par rapport au Royaume-Unis et dévoilent leurs brouilles pour la première fois.

Michel Sapin n’était pas motivé par un nouveau traité européen soumis à un référendum jugeant qu’il était plus important d’être concret après le Brexit.

« Parler d’un nouveau traité n’aura aucun effet. Il faut plutôt parler de son contenu, sinon ce ne sera que des paroles en l’air » a déclaré sur France 3 Michel Sapin donnant son avis sur cette proposition faite par de plusieurs membres de l’opposition.

Suite au brexit, des dirigeants de l’opposition à l’instar de Nicolas Sarkozy et de François Fillon ont estimé qu’il était indispensable de proposer un nouveau traité européen qui passera par un référendum.

Cette idée a également été reprise, au sein du gouvernement, par Emmanuel Macron, qui a jugé nécessaire d' »articuler un nouveau projet européen » qui ensuite « sera soumis au vote des peuples ».

Article précèdentArticle suivant
Nicolas
Nicolas, j'ai 25 ans et suis rédacteur concernant les actualités locales de la ville de Brest. Je suis passionné d'économie et de Foot, et naturellement par le Stade Brestois ;)