• Bienvenue sur BREST2008.fr
Actualités, Vivre à Brest

Brest. Fatima, le bac à force de courage

Quand la Mahoraise est arrivée à l’Amiral-Ronarc’h, elle ne connaissait pas le français. À force de travail et de ténacité, elle a réussi à obtenir le précieux sésame. Et l’estime de tous.

Mardi, à l’Amiral-Ronarch, Fatima Moussa, 19 ans, avait une boule d’angoisse au ventre. La menue et timide Mahoraise aurait-elle son bac ? Il y a quatre ans, quand elle a intégré le lycée de la Cavale-Blanche, elle ne s’exprimait qu’en mahorais, la langue de Mayotte, son île natale. Son niveau scolaire était très faible.

Bingo ! Elle l’a ! Avec 11,17/20 de moyenne. La jeune fille laisse éclater sa joie. « Elle embrassait tout le monde ! », s’amuse Marie-José Cadour, la conseillère principale d’éducation (CPE). « Elle m’a sauté dans les bras ! », sourit Patrick Floc’h, le proviseur. « J’étais tellement heureuse », explique Fatima, émue, les larmes – de bonheur – dans les yeux.

Bienveillance

En quatre ans, que de chemin parcouru, que de montagnes soulevées… « De toute ma carrière, je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi volontaire », reconnaît Patrick Floc’h.

« Quand on veut, on peut ! », répond modestement la jeune fille, tout en louant ce lycée où elle a rencontré « beaucoup de bienveillance ».

En 2012, avec ses parents, Fatima quitte Mayotte, 101e département français, pour rejoindre Brest. Elle est la 5e d’une grande fratrie (six sœurs et cinq frères). Après sa 3e, elle intègre une seconde à Ronarc’h. Mais, les notes sont catastrophiques. « On a appelé Mayotte. On a appris qu’elle était en 3e « 8 », ce qui correspondait à une classe de Segpa », indique Patrick Floc’h.

Les Segpa accueillent des élèves ayant des difficultés scolaires importantes.

En attendant d’être réorientée en CAP employé des collectivités, la jeune fille continue en seconde. Sauf que le projet n’aboutit pas car… elle n’est pas en Segpa !

Fatima refait une deuxième seconde, avec Florence Vourch comme professeure principale, qui la prend sous son aile. « Fatima nous a impressionnés par sa force de caractère. Elle n’a fait que progresser… »

La « mascotte du lycée »

D’autres enseignants et élèves s’investissent aussi. Fatima bénéficie de cours de soutien. Sous son apparence fragile, la jeune fille est une grande travailleuse. Elle se lève à 5 h ! Elle reste au lycée pour faire et refaire ses exercices

Les résultats frémissent. Décollent. À la surprise générale, elle réussit à passer en classe supérieure. Elle intègre une 1re technologique STMG (sciences et technologies du management et de la gestion). Pourtant, au bac de français, elle n’obtient que 6/20 à l’écrit. Mais, globalement, c’est mieux. Elle passe en terminale…

Cette élève exemplaire, souriante, se révèle aussi bonne camarade. Elle aide pour les portes ouvertes du lycée. Elle est tutrice d’une élève de Madagascar. « Elle est devenue la mascotte du lycée ! », précise Patrick Floc’h. Dans son sillage vertueux, elle a entraîné sa cousine, Roihma Mohamed, 20 ans, qui repassait le bac pour la troisième fois, en candidate libre. Laquelle a obtenu son bac littéraire.

Fatima poursuivra ses études par un BTS de comptabilité, à Agen. Elle a reçu un diplôme honorifique « avec les compliments » du proviseur, qui est fier : « Ici, on donne leur chance à tous les élèves. »

Article précèdentArticle suivant
Hélène
Rédactrice concernant toutes les informations de la ville de Brest. Présente depuis 6 ans au conseil d'administration de la ville. Missionnée pour moderniser les infrastructures de la ville. Mère de 2 adorables jumeaux.