• Bienvenue sur BREST2008.fr
Actualités, Vivre à Brest

Ils vont transformer des mégots en cendriers

La société Éco Action Plus, créée en 2011 à Bourg-Blanc (Finistère) par Bastien Lucas, collecte des déchets de bureau. Elle se lance un nouveau challenge qu’elle espère concrétiser l’année prochaine : transformer les mégots en cendriers.

Implantée sur 550 m2 dans une zone artisanale de Bourg-Blanc, à une quinzaine de kilomètres de Brest, Éco Action Plus s’est bien développée en cinq ans. Spécialisée dans la collecte des déchets de bureau, elle compte aujourd’hui six salariés, dont un à Rennes.

Les premiers tests sont concluants

« Il y a un peu plus d’un an, alors que l’on collectait leurs gobelets et leurs papiers, nos clients nous ont demandé de nous pencher sur la collecte des mégots de cigarettes, explique Bastien Lucas, le jeune patron de 33 ans. On a vu qu’on pouvait les traiter et nous avons débuté une collaboration avec la société canadienne TerraCycle qui possède un centre de recyclage en Grande-Bretagne. » Depuis six mois, l’idée a fait son chemin : « Si cela peut se faire ailleurs, pourquoi on n’y arriverait pas, nous ? »

Bastien Lucas et son équipe ont ainsi fait naître le projet Recyclope. Un brevet pour la valorisation des mégots a déjà été déposé. « Il faut les dépolluer car ils contiennent du phénol, de la nicotine et surtout du goudron. On y arrive artisanalement dans notre laboratoire, les tests sont concluants », explique-t-il. La société est désormais en recherche de fonds et de partenariats.

800 kg de mégots par mois

Éco Action Plus est aussi en quête d’une seconde usine : « On espère avoir à proximité un site dédié au traitement des mégots pour février ou mars 2017 ». Ce nouveau site, pour lequel 200 000 € seront investis, et, à terme, de trois à cinq emplois créés, servira également de lieu de transformation des produits, à partir de l’acétate de cellulose extraite du mégot, une matière platique de qualité dont on fait aussi des montures de lunettes ou des poignées de tournevis. « On fabriquera des cendriers, pour lesquels les moules sont prêts », explique Bastien Lucas, avant de préciser : « On ne fera que l’habillage, car on ne peut pas réaliser un cendrier à 100 % en acétate de cellulose. À l’intérieur, il y aura un bac de récupération en acier ou en inox, tout comme l’éteignoir. »

À terme, Recyclope pourrait créer d’autres pièces, aujourd’hui en plastique, en acétate de cellulose valorisé. « Comme des own-box, des étuis récupérateurs de mégots », dit encore son responsable. Les premiers produits sont espérés à partir de septembre 2017. D’ici là, il reste à « finaliser le process et la collecte par un transporteur. Un combat d’un an pour tout mettre en place nous attend… » Puis viendra le moment de se lancer dans le grand bain. Et un peu dans l’inconnu… « Ce genre d’activité n’existe pas en France. Il n’y a aucune visibilité, c’est un projet risqué », poursuit-il.

La première année, Bastien Lucas mise sur « le traitement de 800 kg de mégots par mois, de 9 à 10 tonnes par an. » Pour cela, « on ne devra pas se cantonner à la Bretagne. On travaillera aussi sur Paris et sur le Sud-Ouest dans un premier temps. » Quant aux produits fabriqués, « ils seront proposés à nos clients, ou vendus via notre futur site Internet. »

Article précèdentArticle suivant
Romain
Je suis Romain, rédacteur sur Brest2008.fr. Grand passionné de Politique, et militant à mes heures perdues, je participe à la vie du site concernant les informations politiques de notre chère région.